29 mars 1947 : History for people empowerment

29 mars 1947 : History for people empowerment

De « la tragédie oubliée dans la ruelle citoyenne d’Antaninandro » en 2016 à… « la popularisation de l’histoire au jardin de Mahamasina » en 2017 …

 1947….Un passé qui ne passerait pas ?

 1947… un passé  sensible, entre jeux et enjeux à travers les mises en scène  des pouvoirs successifs et des forces  de l’ombre…

Aujourd’hui, conjuguer  mémoire, histoire, intelligence collective…

Au-delà d’une obsession mémorielle, faire  CONNAITRE  et COMPRENDRE l’histoire et/ou les histoires, lever le voile sur des non dits, des oublis volontaires…briser certains silences …certaines peurs… certains discours ancestraux…conjurer les haines… les névroses résiduels invisibilisés… 

 Questionner le passé…. le présent…

Ainsi se libérer par et  pour une conquête, une affirmation de soi…ny maha olombelona.

 Mahamasina : lieu emblématique fort, celui d’une histoire oubliée de trop, celle d’un peuple, dépositaire de la mémoire, de l’histoire….

* Exposition de clichés « historiques », textes, journaux, résultats de recherches universitaires, individuelles….. images, mots, réflexions des acteurs pluriels de cette tragédie. Il y a eu aussi un avant… il y a un après.

* Des traces mémorielles  qui fécondent  une création artistique multidimensionnelle  : ateliers d’expression libre, agora,  l’arbre… le kily…le flamboyant à palabres. Un refus de la nécrose.

* Un jardin  ouvert où chacun pourra vivre, peindre, chanter, écrire, partager, interroger,  lire l’histoire ….. son  histoire …où chacun, tous,  pourront créer, résister….et « écouter pousser les fleurs »

Les 24 et 25 mars 2017 : Une communication citoyenne… un agir démocratique.

 UN ETRE… UN PEUPLE …UNE NATION LIBRE

Renforcement de capacités des journalistes free-lance sur le journalisme d’investigation en format cross media

Renforcement de capacités des journalistes free-lance sur le journalisme d’investigation en format cross media

Vers le début des années 90, Madagascar a commencé à faire face à une explosion du nombre d’organes médiatiques ; dès lors les médias incarnent un espace d’expression privilégié que par une minorité détenant les pouvoirs politique et/ou économique. De ce fait, la plupart des médias sont devenus des outils au service des politiques plutôt qu’au développement ; l’information est contrôlée par cette minorité (hommes politique et/ou opérateurs économique) qui détiennent à eux seuls la quasi-totalité des grands groupes médiatiques malgaches[1] .

Cet environnement favorise alors la corruption, car dépendant des autorités politiques : dénoncer des dérives autoritaires ou pratiques malsaines au sein de l’administration semblent inconcevables pour les professionnels des médias. D’autant plus que la plupart des  actions gouvernementales manquent de transparence et que les autorités ou des particuliers cherchent à dissimuler des événements afin de ne pas honorer leur redevabilité sociale à l’endroit de la population malgache.  Désinformation et mal information menacent l’émancipation de l’opinion publique et de facto le développement économique de la société malgache.

Il y a lieu toutefois de soulever le fait que malgré la prépondérance de cette logique politique et/ou commerciale, les journalistes tentent bien que mal de faire des efforts pour assurer leur rôle primordial : informer dans une optique d’empowerment citoyen. Pour une grande majorité des journalistes (d’investigation) affiliés aux organes de presse traditionnel, l’information se limite aux expositions et dénonciations des faits, sans réellement pouvoir rendre public l’intégralité de leur recherche et en assurer un suivi permanent, à cause des pressions diverses comme présentées auparavant.

Les journalistes freelance de leur côté, sont plus indépendants et libres à s’impliquer dans un travail d’investigation de par leur disponibilité, et la marge de manœuvre que leur offre cette indépendance. Il semble pourtant pertinent de réfléchir sur une éventuelle coopération de ces journalistes indépendants et des organes de presse car ces derniers sont par excellence un médium permettant d’atteindre le plus grand nombre de consommateurs citoyens ; premiers bénéficiaires de tout traitement d’information.

C’est dans cette optique que les deux membres de la société civile œuvrant dans le l’environnement des médias et de la communication Malagasy Press Independant (MPI) et Ilontsera, avec l’appui des partenaires techniques et financiers inspirent à encourager les journalistes indépendants à s’orienter davantage vers des investigations sur des sujets sociaux d’intérêt public d’une part ; et contribuer à la normalisation du journalisme d’investigation à Madagascar d’autre part. Une production cross-médiatique d’investigation se focalisant sur une thématique clé dans le cadre du développement durable de Madagascar qui est « l’environnement hospitalier et le cadre sanitaire de la population malgache » est alors le résultat attendu à la fin des formations qui seront disposées. Il est attendu de ces productions, un apport conséquent dans le changement de comportements de tous les acteurs (administration publique, agents de santé, citoyens…) ; dans un esprit de valorisation du respect de l’être humain dans le milieu sanitaire.

Le produit sera ainsi un reportage de 16 minutes en format cross-média, tenant compte du droit à l’accès à l’information, les différents supports médiatiques méritent d’être valorisés. De ce fait, la formation requiert une diversité de formateurs spécialisés dans chaque média utilisé.

[1] Université d’Eté des Médias et de la Communication – Ilontsera

Convention ILONTSERA – MEN

Convention ILONTSERA – MEN

Signature de la convention ILONTSERA avec le Ministère de l’Education Nationale sur l’ « Education aux médias »

Depuis ces dernières années, la communication est devenue un enjeu principal de toutes les activités entreprises dans les sociétés actuelles : éducation, sensibilisation, formation, développement personnel… Les médias, autant traditionnels que nouveaux, font désormais partie de l’environnement de l’homme contemporain. Les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) sont essentiellement présentes et requises dans quasiment tous les domaines. Ne dérogeant pas à cette règle, le monde de l’éducation et de la formation s’est approprié ces outils, permettant une montée en puissance de l’Education par les TIC qui a démontré l’importance de l’usage de ces outils dans l’apprentissage autant de l’adulte que des enfants et adolescents. Il paraît alors indispensable de réfléchir et d’agir sur l’éducation de nos générations futures, quant à l’utilisation de ces dispositifs désormais inhérents à leur quotidien.

C’est dans cette perspective que la présente Convention a été entreprise, afin de permettre aux élèves de tous les lycées publics à Madagascar de faire un usage bénéfique des NTIC à travers une « éducation aux médias ». L’intérêt de cette convention entre le Ministère de l’Education Nationale et l’ONG ILONTSERA est de faciliter la conciliation de la jeunesse avec le monde des médias et de la communication du fait que les TIC et les médias traditionnels (radio, télévision, presse écrite) prolifèrent à une telle vitesse qu’il est prévoyant d’intégrer l’éducation aux médias dans le cursus scolaire des élèves. Cette démarche permettra un empowerment citoyen des Malagasys dès leur jeune âge.

La publicité autrement

La publicité autrement

ILONTSERA, en tant qu’observatoire de la communication veut promouvoir toute forme de communication qui soutient les actes de citoyenneté et les idées créatives de la jeunesse malgache pour un empowerment citoyen, d’où son partenariat avec IRY Design et Torio dans le cadre du concours de publicités humoristiques, « LEMURIA AWARD 2016 ». Un concours qui cadre parfaitement avec la vision d’ILONTSERA qui souhaite une société de consommation moins agressive dans le domaine de la communication publicitaire.

Jeunes citoyens empowered pour une société de paix

Jeunes citoyens empowered pour une société de paix

Pour la journée internationale des Droits de l’Homme, ILONTSERA a pris l’initiative de faire une campagne de sensibilisation au Lycée André RESAMPA Antsirabe (LARA) pour faire connaitre aux jeunes lycéens leurs droits.

La banalisation des violations des Droits de l’Homme au quotidien est actuellement un fait, illustrée, par exemple, par la banalisation des vindictes populaires, relayées dans les médias comme de simples faits-divers, la pratique devenue banale du travail et de la maltraitance des enfants, la prolifération des discours d’intolérance religieuse et les amalgames identitaires, envers les personnes marginalisées….

  • La défiance grandissante du public jeune notamment envers les média face à la prédominance des informations politico-politiciennes et la polarisation politique de l’information d’une part, l’utilisation restrictive d’Internet comme source d’information par les jeunes d’autre part sont autant de réalités alarmantes aux droits d’accès à l’information, révélées par le dernier sondage de l’Observatoire sur le droit d’accès à l’information, publié le 11 novembre 2016
  • La discrimination de genre dans l’accès à l’information dans différents services pénalise gravement les femmes dans ce droit.
  • La culture de la violence physique et symbolique au sein de la société malgache, la misère de la majeure partie de la population banalisée, le sous-emploi, le chômage et la dé-solidarité ont eu pour conséquence l’apathie politique de la jeunesse particulièrement et la démobilisation généralisée des populations mais aussi des institutions et de la Société civile. Ces phénomènes constituent au final les menaces les plus inquiétantes pour une démocratie en construction, la consolidation de la paix et l’harmonie sociale à Madagascar.

 Tout cela a motivé ILONTSERA à faire cette campagne de sensibilisation des jeunes, longtemps marginalisés, afin de leur permettre de consolider leurs savoirs sur les Droits de l’Homme et de les informer, pour une plus grande conscience de ces droits dans la perspective d’un réel empowerment citoyen.

Hier, aujourd’hui pour les libertés

Hier, aujourd’hui pour les libertés

TANTARA

Ny tantara no hitsara
Raha mbola isika no rera-miandry
Raha mbola isika sasa-miandry Miandrandra ilay Maraina !

Tsy afa miandry ny tantara
Avia miakara
Ovay ny Anjara

Elie RAJAONARISON, 1999, in Ranitra, Grand Océan tak 66-69

Omaly sy anio ho an’ny fahafahana An-tsary hatrany no anehoana ny tantara niarahantsika nanoratra ny 24 sy 25 Marsa 2016