APPEL À PARTICIPATION AUX ATELIERS DE RENFORCEMENT DE CAPACITÉS  PROJET « e-taray  »

APPEL À PARTICIPATION AUX ATELIERS DE RENFORCEMENT DE CAPACITÉS PROJET « e-taray »

“ Droits numériques pour tous les citoyens ”

Antsiranana – Mahajanga – Toamasina – Antananarivo – Fianarantsoa – Toliara

Juillet, août, septembre 2022

 

1- Contexte

L’ONG ILONTSERA, ou Observatoire des médias et de la communication à Madagascar, créée en 2015 est animée par la vision d’une conscience citoyenne collective et de la régénération des liens sociaux dans un monde de justice, de paix et de démocratie. Les activités d’ILONTSERA sont la conjugaison de savoirs scientifiques, d’expériences partagées et d’une énergie créatrice de la jeunesse pour un empowerment citoyen et un mieux vivre ensemble par l’utilisation libérée, éclairée et responsabilisée des médias, de l’information et de la communication.

C’est dans cette perspective que s’inscrit notre démarche visant à accompagner les médias, les membres de la société civile et les citoyens dans l’évolution galopante des technologies d’information et de communication, conformément à l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui stipule que  « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ».

2- Description du projet

De cette idée est né le projet « e-taray » pour faire connaître et faire bénéficier aux concitoyens malagasy leurs droits, particulièrement les droits numériques, pour qu’ils puissent se protéger des différentes violences quelle que soit leur forme dans la sphère numérique, et jouir pleinement des libertés, en toute responsabilité, que permettent désormais ces technologies.

Appuyé financièrement par l’USAID, le projet « e-taray » fait partie du programme Advancing Rights in Southern Africa (ARISA) qui est un programme régional de cinq ans dont l’objectif est d’améliorer la reconnaissance, la sensibilisation, le respect et l’application des droits de l’homme dont la liberté d’expression, la liberté d’information et les droits numériques dans les pays de la SADC, y compris la protection des personnes les plus vulnérables et marginalisées.

Dans le cadre du déploiement du projet « e-taray », l’ONG ILONTSERA organisera des sessions de renforcement de capacités qui sont prévues se dérouler dans les six (6) provinces de Madagascar à savoir : Antsiranana, Mahajanga, Toamasina, Antananarivo, Fianarantsoa et Toliara. Pour chaque province, une dizaine de personnes ressources dans le domaine des médias et de la communication mais également des membres des Organisations de la Société Civile (OSC) seront sélectionnées pour y participer.

3- Objectifs

 L’objectif principal du renforcement de capacités est de permettre aux bénéficiaires de disposer des connaissances et des compétences nécessaires pour qu’ils puissent contribuer à la promotion et à la protection des droits numériques dans leurs communautés respectives.

Les objectifs spécifiques sont de :

  • Faire connaître le concept de Droits numériques, de la liberté d’expression et de la liberté des médias, du droit à l’information, et leurs enjeux dans nos sociétés contemporaines.
  • Permettre aux participants de maîtriser les lois et textes réglementaires sur les médias, l’information, la communication et l’espace numérique.
  • Permettre aux participants de s’approprier les visions, valeurs et objectifs d’e-taray et d’intégrer les modes de fonctionnement du projet.
  • Faire connaître le projet e-taray auprès du grand public, des acteurs médiatiques et des membres des OSC.

5- Résultats attendus

 Le projet e-taray dispose d’une antenne locale pour assister juridiquement les citoyens, les membres des OSC et les professionnels des médias dont les droits numériques et les libertés sont menacés.

  • Les bénéficiaires du renforcement des capacités sont suffisamment outillés pour mener leur mission d’information et d’assistance sur la promotion et la protection des droits numériques et des libertés d’expression et d’information.
  • Les citoyens, les membres des OSC et les professionnels des médias peuvent bénéficier d’une assistance juridique gratuite et de qualité en cas de violation de leurs droits.
  • Les concepts de droits numériques et de liberté des médias sont assimilés par les citoyens.

 6- Profil des participants

  • Etant donné que les jeunes sont parmi les cibles principales du projet « e-taray », les candidatures entre 18 et 40 ans seront privilégiées mais cela n’exclut pas les candidatures des personnes de plus de 40 ans.
  • Les juristes, para-juristes ou les personnes ayant suivi un parcours en droit sont particulièrement sollicités, que ce soit pour les professionnels des médias ou les membres des OSC.
  • Le projet respecte la promotion du genre notamment en assurant au moins une parité homme-femme dans la sélection des participants aux renforcements de capacités et en priorisant les candidatures féminines.

7- Conditions générales de participation

 

  • Le renforcement de capacités sera assuré par un cabinet juridique expérimenté et des professionnels des médias.
  • Chaque session durera deux (2) jours et la restauration sera prise en charge par l’organisateur. Les participants seront indemnisés pour ces deux (2) jours de renforcement de capacités.
  • Les dates et les lieux des ateliers seront communiqués ultérieurement aux candidats sélectionnés pour chaque province.
  • Les candidatures ne peuvent se faire de manière individuelle et chaque participant doit être dûment mandaté par son organisme professionnel ou justifier de son statut professionnel (médias, journalistes, membres des OSC) le cas échéant.

8- Dossiers à fournir

Les candidats remplissant les conditions précitées et correspondant au profil établi peuvent envoyer leurs dossiers de candidature (CV + lettre de motivation) à l’attention du Responsable Communication de l’ONG ILONTSERA à l’adresse mail :

communication-manager@ilontsera.mg avant le 31 juillet 2022 à 23h59mn.

1972-2022: “TANORA MAHATSANGY MANORATRA TANTARA” – “ L’HISTOIRE POUR OUVRIR DES FUTURS”

1972-2022: “TANORA MAHATSANGY MANORATRA TANTARA” – “ L’HISTOIRE POUR OUVRIR DES FUTURS”

1972-2022: Cinquantenaire du 13 mai 72 ?

Cette date symbolique dans la conscience collective reste une construction et donc manipulée selon des intérêts individuels ou collectifs. Cette construction est révélatrice de l’histoire, des histoires de méconnaissance, de défiguration, perpétuant l’impasse entretenue dans un mutisme programmé ou non par les pouvoirs successifs. Elle invite donc à aborder sans frilosité la problématique sans doute la plus emblématique de la lutte menée en 1972, 50 ans après : celle qui constitue le principal grief contre ses acteurs accusés d’être responsables du naufrage de l’enseignement et de l’appauvrissement du pays jusqu’à nos jours et du discours récurrent dominant, celui du poncif de l’ »échec de la malgachisation”

Elle reste un temps fort mais délibérément, émotionnellement réprouvé, dénigré dans une crispation, faisant la plupart du temps fi des mémoires blessées et refusant toute approche rationnelle…occultant les lourdes et vraies questions. Elle est une page, largement méconnue des jeunes générations (numériquement majoritaire cependant) qui charrie encore ces points aveugles et non-dits, ces fantômes…impensés ? L’incapacité d’un travail intellectuel d’objectivation des responsables politiques de l’éducation, des élites est réelle…. Les recherches sur les drames de 1971, 1972 sont rares….

Le défi aujourd’hui pour nos populations, générations aux parcours divergents souvent, âges différents, reste celui de saisir les enjeux complexes de notre époque qui exige, dans notre société gagnée par la défiance, la lassitude, l’épuisement, la fatigue généralisée, la dépossession de son histoire subvertie, reste celui de reconquérir leur Être. Le cinquantenaire est donc une opportunité pour renouveler des historiographies, si divergentes qu’elles soient, sur cette page trop méconnue de certains contemporains même et des générations suivantes.

L’événement qui aura lieu sur un public fréquenté, a pour objectif une publicisation de l’histoire , de la connaissance, de la réflexivité, de la prise de conscience: celui d’un processus de libération, d’émancipation…il sera le lieu de construction, de confrontation et surtout d’usage des savoirs…Il fera sortir l’histoire des laboratoires: celui d’une authentique bifurcation à ne plus rater désormais face aux menaces de dépossession et d’effacement quand l’histoire reste une dimension cardinale de l’identité…Il sera le croisement fécond de l’imagination, de l’audace, de la lucidité dans la création, pour sa réappropriation par les citoyens.

« E-TARAY » LIBERTE DES MEDIAS ET DROITS NUMERIQUES dans le cadre du PROGRAMME ARISA

« E-TARAY » LIBERTE DES MEDIAS ET DROITS NUMERIQUES dans le cadre du PROGRAMME ARISA

  • Le programme ARISA

Advancing Rights in Southern Africa (ARISA) ou « Faire avancer les droits en Afrique australe » est un programme régional de cinq ans qui vise à améliorer la reconnaissance, la sensibilisation, le respect et l’application des droits de l’homme dont la liberté d’expression et les droits numériques dans les pays de la SADC, y compris la protection des plus vulnérables et marginalisés.

Financé par l’USAID et mis en œuvre par un consortium d’ONG internationales dont l’américaine Freedom House (FH) en partenariat avec l’American Bar Association Rule of Law Initiative (ABA/ROLI-association des avocats des États-Unis), Internews et Pact, ARISA soutient les interventions nationales et régionales dans huit pays de la région d’Afrique australe : Angola, Botswana, eSwatini, Madagascar, Lesotho, Mozambique, Namibie et Afrique du Sud.

ARISA intervient dans les domaines suivants :

La consolidation d’un environnement propice à la promotion et à la protection des droits humains fondamentaux ; Le renforcement de capacité des acteurs régionaux et locaux de la société civile à agir contre la violation de ces droits ; L’amélioration de la participation citoyenne dans l’amélioration de l’état de droit et de la protection des droits de l’homme ; La promotion des pratiques Sud-Sud pour le partage des connaissances et des ressources afin de faire progresser les efforts pour lutter contre les violations des droits humains.

  • Le contexte à Madagascar

Madagascar dispose de loi sur la communication et les médias ainsi qu’une loi contre la cybercriminalité mais celles-ci ont tendance à insister plus sur la répression que l’éducation et la protection des droits et des libertés qui sont pourtant garanties par la Constitution malagasy et les chartes et conventions internationales que Madagascar a ratifiées. D’autres lois en la matière sont en chantier notamment le projet de loi sur l’accès à l’information à caractère public et l’Avant-projet de loi sur la protection des défenseurs des droits de l’homme.

Ces lois sont assez récentes et à cause d’un manque d’information et de sensibilisation beaucoup de citoyens ignorent leur droits et leurs responsabilités et sont poursuivis pour des délits d’opinion ou ont peur de s’exprimer librement dans les médias sociaux comme c’est le cas notamment des lanceurs d’alerte et des défenseurs des droits humains qui sont pourtant des éléments essentiels dans la défense de la démocratie. Il arrive aussi que la loi soit utilisée à des fins politiques et peut porter atteinte à la liberté et aux droits de l’homme avec des réseaux sociaux devenus le théâtre des discours haineux, la désinformation, la manipulation et autres atteintes à la vie privée.

Par ailleurs, en général, les initiatives en termes d’éducation aux médias et à l’information sont quasi-inexistantes face à des outils et des technologies en rapide évolution disposant aussi bien de ses bons que mauvais côtés et nécessitant un minimum de connaissance, de savoir-faire et de savoir-être. Et pourtant il n’existe presque pas d’avocats et de juristes spécialisés dans ces nouveaux domaines encore moins d’une structure d’éducation numérique et d’accompagnement socio-médiatique.

 

  • Le projet « e-taray »

C’est la raison d’être du projet « e-taray » qui vise à créer une structure indépendante, en l’occurrence une Cellule juridique d’écoute, d’assistance et de conseils gratuits pour la défense des droits numériques des citoyens et de la liberté des médias. Des séances de formation d’autres juristes issus de la société civile, des journalistes, des bloggeurs et des défenseurs des droits humains dans les 6 provinces du pays sont ainsi prévus avant la mise en place et l’opérationnalisation de cette cellule en matière de droits des médias, de l’information et de la presse et des droits numériques.

  • L’objectif principal

Les citoyens, les défenseurs des droits humains dont les lanceurs d’alerte et les journalistes connaissent bien leurs droits et leurs responsabilités numériques et puissent s’exprimer et agir librement dans l’espace numérique pour apporter leur part dans la co-construction de la démocratie et du « mieux vivre ensemble » à Madagascar.

  • Les objectifs spécifiques
  • Une cellule juridique est fonctionnelle pour protéger les droits numériques des citoyens et la liberté des médias qui font entièrement partie des droits humains fondamentaux.
  • En cas de violation des droits humains dont les droits numériques, des avocats et des juristes spécialisés peuvent assister et conseiller les victimes.
  • Les citoyens et les journalistes sont éduqués en termes de pratiques numériques et d’utilisation des réseaux sociaux et connaissent mieux les lois en vigueur, leurs droits et leurs responsabilités.
  • Tous les acteurs médiatiques et numériques participent dans la promotion des libertés en ligne et la responsabilisation des pratiques numériques.
  • Les activités
  • Mise en place de la Cellule d’assistance juridique au sein d’Ilontsera
  • Formation des acteurs –cibles du projet (journalistes, juristes, société civile, bloggeurs, lanceurs d’alertes)
  • Numéro d’appel gratuit pour recevoir et traiter les demandes d’assistance et de conseils
  •                

7- Durée du projet : 18 mois 

8- Lieux d’intervention : Provinces : Toliara, Fianarantsoa, Toamasina, Antananarivo, Mahajanga,   Antsiranana

PARTICIPATION AU MASTER CLASS ET UN SYMPOSIUM SUR LES DROITS DE L’HOMME DU 7 AU 10 DECEMBRE 2021

PARTICIPATION AU MASTER CLASS ET UN SYMPOSIUM SUR LES DROITS DE L’HOMME DU 7 AU 10 DECEMBRE 2021

Semaine des Droits de l’Homme

7 au 10 décembre

 

  • Dans le cadre de la célébration de la Semaine des Droits de l’Homme, l’UNESCO et l’OHCHR organisent en partenariat avec l’Université d’Antananarivo, un Master Class et un Symposium sur les droits de l’Homme.
  • Ces activités entrent dans le cadre du projet « Rary Aro Mada – Soutien à la protection des jeunes défenseurs des droits de l’Homme et consolidateurs de la paix, gage de la paix sociale et de la cohésion communautaire », mis en oeuvre par l’OHCHR et l’UNESCO, financé par le Fonds pour la consolidation de la paix (PBF)
  • Ce projet a pour objectif de contribuer à promouvoir l’engagement des jeunes citoyens, des étudiants, des journalistes, des jeunes et des femmes sans aucune discrimination, pour qu’ils agissent comme des vecteurs de paix et promoteurs des droits de l’Homme. En effet, des violations des droits de l’Homme sont observées dans les 23 régions, notamment dans les zones rurales, et affectent tout particulièrement les jeunes. Or, elles sont insuffisamment documentées. Ce manquement favorise l’impunité et handicape toutes les réponses apportées afin de prévenir et réduire les tensions au sein de la communauté. De plus, les rares jeunes défenseurs des droits de l’Homme (DDH) subissent des intimidations et ne sont pas protégés.
  • Le Master Class permet d’engager une solide initiative d’information et d’éducation aux droits de l’Homme et à la paix, pour les publics cibles sur les questions des droits de l’Homme à travers une approche pédagogique et ludique, propice à la création et à la mise en application des sujets traités.
  • Des experts sur de nombreuses thématiques liées aux droits de l’Homme, dont le Professeur Lova Andriantavy, Dama, Michèle Rakotoson, Mamelasoa Ramiarinarivo et Rijasolo, seront, en effet, présents pour partager leurs expériences avec les jeunes. Par ailleurs, des jeunes victimes de discrimination, sous différentes formes, vont aussi participer à des séances de témoignages.
  • Le Symposium fait suite aux différentes activités menées au cours de ces derniers mois pour le projet Rary Aro.Il vise à sensibiliser les jeunes universitaires sur la question des droits de l’Homme mais également à construire un plaidoyer pour la cohésion et la paix sociales à Madagascar. Ce symposium sera également un moment d’échanges et de partage d’expériences avec des jeunes activistes malgaches et africains.
PROGRAM PRESS TOUR

PROGRAM PRESS TOUR

As far as Madagascar is concerned, its media are more used for political purposes than for development ones. As authorities keep  a close eye on information, the latter becomes the monopoly of the State and the journalists. The proliferation of media over the past 10 years requires more responsibility  from national media so that the main roles of media namely informing, educating and entertainin can be respected and balanced.  As media are part of the population’s daily consumed products, they directly influence their behaviors, their ways of thinking and can forge a mentality depending on the way in which information is conveyed to this audience.

Financial constraints, editorial lines, political pressure can be the underlying causes of the incomplete information disseminated by these news organizations because complete information requires time for in-depth work similar to what is needed for investigative journalism. Some journalists do their best to do their work appropriately, but this may fall short or deviate from the objective when their investigations are limited to denunciations and factual exposures only, without revealing relevant information, because working for the society, they have the duty to expose information likely to help the public to get the truth and, in return, to react in the right way.

In this « Press Tour » program in coordination with the United States Embassy in Madagascar / Comoros, the NGO ILONTSERA plans to put its expertise at the service of this partnership in the information section. Indeed, the community is overwhelmed by « information » which indeed are not reliable information as journalists limit themselves to telling facts only. Yet, complete information doesn’t interfere with the editorial line of the news organization at all if the journalist controls the choice of the coverage angle.

 With a view to providing reliable information for public interest , the NGO ILONTSERA intends to support the United States Embassy in Madagascar / Comoros to strengthen the capacities of a group of journalists to cover, to produce a health report more specifically on USAID projects, namely Malaria in the DIANA region. In order for all the parameters to be met in order to access all the information and procedures of  USAID in carrying out its activities, the mission will be carried out during the period of Malaria, that is to say between October and November 2021.

 

« Ody Kaovida, daozy isan’andro » ou « La lutte anti-Covid, une dose par jour »

« Ody Kaovida, daozy isan’andro » ou « La lutte anti-Covid, une dose par jour »

Le projet consiste à la production d’une série de sketch télévisé de format court (3 minutes) par ILONTSERA appuyé par le programme FANAINGA. Afin de pouvoir limiter la propagation du virus, la sensibilisation et l’éducation à travers l’utilisation efficace de l’information et la communication s’avère plus que jamais indispensable afin d’aboutir à un vrai changement de comportement pendant et après le passage de la covid-19. La réalisation par le groupe KOZY VAIN et ILONTSERA. Le ton humoristique est privilégié malgré le sérieux du sujet pour faire passer plus efficacement les messages.

L’initiative est conforme aux dispositions des décrets 2020-359 du 21 mars 2020 déclarant l’état d’urgence sanitaire et le décret 2020-370 prolongeant la durée de cet état d’urgence sanitaire ainsi que toutes les dispositions liées à cette situation d’exception, car elle respecte et fait respecter toutes les mesures sanitaires.

Vous pouvez visionner les 40 épisodes de la série sur les liens ci-dessus : 

https://web.facebook.com/mediawatchmadagascar/

https://www.youtube.com/channel/UCCpKEvw_tmAUVTPkuw4fuUA

CYBERCRIMINALITE EN AFRIQUE DE L’EST-Madagascar dans la lutte aux cotés des pays de la SADC à travers ILONTSERA

CYBERCRIMINALITE EN AFRIQUE DE L’EST-Madagascar dans la lutte aux cotés des pays de la SADC à travers ILONTSERA

Une réunion régionale sur la lutte contre la cybercriminalité s’est tenue les 23 et 24 octobre 2019 à Johannesburg, en Afrique du Sud. Initiée par ARISA (Advancing Rights in Southern Africa) et ABA (American Bar Association- association des membres du barreau américain), le programme ABAROLI est soutenu par l’USAID et réunit plusieurs organisations de la société civile internationale dont PACT et INTERNEWS. Intervenant dans la protection des droits humains en général, le programme est particulièrement actif dans la promotion de la liberté d’expression et de la presse avec un focus particulier depuis quelques années sur la cybercriminalité. Ceci compte tenu de l’évolution galopante des NTIC en Afrique et par conséquent la nécessité d’un accompagnement des citoyens et l’établissement d’un cadre légal juste et légitime, aussi bien pour les journalistes que pour les internautes.
Cette séance de travail a été ainsi l’occasion d’établir l’état des lieux de la lutte parmi les pays de l’Afrique de l’est, entre ceux qui comme Madagascar, disposent déjà d’une loi spécifique et ceux dont le processus est en cours. L’objectif étant d’harmoniser le cadre légal au niveau régional, notamment à travers un modèle de loi adapté au contexte de l’Afrique australe compte tenu désormais du caractère transnational des crimes et les similitudes qu’ils présentent dans plusieurs pays du continent. Il s’agissait ainsi de trouver pour chaque pays les moyens de renforcer le combat au niveau national en s’inspirant des expériences d’autres nations du continent. C’est au titre d’Observatoire indépendant des médias et de la communication à Madagascar qu’ILONTSERA a participé à cette rencontre en insistant sur un usage responsable des réseaux sociaux et des technologies numériques en général, tout en respectant la liberté et les droits de chaque citoyen.

RECRUTEMENT DE STAGIAIRES

RECRUTEMENT DE STAGIAIRES

A. Contexte

            ILONTSERA est une organisation non gouvernementale, membre des Organisations de la Société Civile (OSC). Son mandat est lié à l’éducation citoyenne et la promotion de la culture de la paix à travers l’appui des organismes et professionnels œuvrant dans l’environnement médiatique malagasy. L’Observatoire a pour objectif général d’édifier une société loin des violences, démocratique, prospère, juste et équitable à travers une interaction responsable et vertueuse entre le monde de la communication, médiatique essentiellement, et la citoyenneté en action.

            Les principales missions de l’Observatoire sont ainsi de :

  • Restaurer la confiance du public dans les médias et l’information pour la promotion des droits humains, de la prospérité pour tous et de culture de la paix et le renforcement du lien social.
  • Prévenir l’engrenage des extrémismes grâce à la promotion de l’éthique et de la déontologie dans la fabrication et la consommation de l’information.
  • Accompagner les acteurs médiatiques vers le respect de l’éthique et de la déontologie pour une conscience et un empowerment citoyen, une pleine participation des populations indifférenciées à la vie publique.
  • Œuvrer pour l’accès de toutes les populations à l’information et instaurer in fine une culture médiatique adaptée aux contextes nationaux.
  • Promouvoir la recherche pour une communication médiatisée, inclusive, respectueuse du
    pluralisme et de la diversité.
  • Promouvoir une politique non exclusive et plus équitable de la communication médiatisée.

B.Missions

            Sous la supervision du Bureau Exécutif d’ILONTSERA, les stagiaires contribueront à la réalisation des diverses activités et des objectifs fixés au préalable par l’Observatoire.

            ILONTSERA contribue également pour sa part à l’insertion professionnelle des étudiant(e)s-stagiaires en leur permettant d’assimiler les enjeux qui s’articulent autour des médias et de la communication à Madagascar.

C.Conditions générales

  • La durée du stage est d’un (01) mois calendaire renouvelable mais l’emploi du temps des stagiaires sera à déterminer selon le chronogramme établi des activités. Les stagiaires recevront les formations initiales adéquates à ces activités ; celles-ci se feront généralement au siège de l’Observatoire à Antananarivo avec des déplacements dans la capitale et dans les régions qui seront entièrement prises en charge par ILONTSERA.
  • Une indemnité de stage sera octroyée suivant les conditions de l’organisation ainsi que les résultats et les performances fournis par le/la stagiaire à la fin de son stage.
  • Une évaluation est prévue à la fin du stage, au cours de laquelle chaque stagiaire se verra délivrer une attestation de stage.

D. Profil du stagiaire

  1. Formation académique

Titulaire d’au moins un diplôme de Licence en journalisme / communication / relations publiques / sciences humaines et sociales / sciences politiques ou autre domaine académique pertinent.

  • Etudiant(e) en L3 accepté(e) selon motivation et disponibilité

         2. Autres compétences

  • Maitrise parfaite de la langue malagasy et du français;
  • Excellente capacité d’analyse et une forte capacité rédactionnelle ;
  • Sens développé de la communication et des relations humaines ;
  • Facilité pour la communication verbale, bonne capacité interpersonnelle, aisance relationnelle ;
  • Proactif(ve) avec un esprit d’équipe très développé;
  • Capacité à travailler sous pression ;
  • Disponibilité et flexibilité dans les horaires de travail y compris le week-end;
  • Maîtrise des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC)
  • Bonne maîtrise des logiciels de bureautique et de traitement de texte ;
  • La maitrise des outils de traitement graphique (Adobe InDesign et/ou Adobe Photoshop et/ou Illustrator) et des outils de traitement de données serait un atout.

E. Dossiers à fournir

            Tou(te)s les candidat(e)s remplissant les conditions précédemment citées peuvent envoyer leurs dossiers de candidature (CV + lettre de motivation) au plus tard le 27 octobre 2019 à l’attention de Monsieur le Responsable Communication de l’ONG ILONTSERA, à l’adresse électronique suivante : communication-manager@ilontsera.mg

 

Les candidat(e)s présélectionné(e)s feront l’objet d’un entretien.

 

Recrutement StagiairesA. Contexte ILONTSERA est une organisation non gouvernementale, membre des Organisations de la…

Posted by Ilontsera – Observatoire des Médias et de la Communication à Madagascar on Sunday, October 13, 2019

 

NOUS APPROPRIER L’HISTOIRE POUR CO-BÂTIR LE FUTUR

NOUS APPROPRIER L’HISTOIRE POUR CO-BÂTIR LE FUTUR

Perpétuer le devoir de mémoire et honorer nos Morts pour la patrie. Pour que nous, les générations présentes et à venir, érigent définitivement en icônes immortelles ces soldats inconnus et insurgés ignorés, tombés sur le champ d’honneur de la liberté, quand l’expression « Ho an’ny Tanindrazana » avait encore tout son sens.

            72 ans après, beaucoup de question doivent interpeller : Sommes-nous à la hauteur de leur espérance ? Sommes-nous dignes de leur sacrifice ? Sommes-nous redevables, et en quoi ?  Avons-nous connu, su et compris tout de cette partie de notre histoire ? Tout a été-t-il dit sur cette insurrection ? A-t-on réellement tiré les leçons de notre histoire ? De quoi avons-nous peur pour se libérer, une bonne fois pour toute, de nos vieux démons ?

            C’est avec tous ces questionnements que notre génération doit avancer, à la recherche de réponses qui nous serviront d’arsenal pour vaincre la peur, les non-dits, les vérités cachées, ces ennemis invisibles qui nous empêchent jusqu’à maintenant de nous lever pour le vrai Salut de la Patrie.

            Après « La tragédie oubliée dans la ruelle citoyenne » à Antaninandro, en 2016 et « L’enracinement dans l’histoire » au jardin de Mahamasina, en 2017 et « Un peuple responsable de son histoire » au Tahala Rarihasina Analakely, en 2018. C’est toujours dans cet engagement de transmission, de communication citoyenne, que l’ong ILONTSERA, en collaboration avec ses partenaires, organise la commémoration, qui consiste à faire du «  29 mars 1947 » un facteur de résilience pour un peuple dont l’existence même est un combat de tous les jours.

JOURNÉE MONDIALE DE LA RADIO

JOURNÉE MONDIALE DE LA RADIO

Dans le cadre de la Journée Mondiale de la Radio, l’Ambassade des Etats-Unis avec l’Observatoire des Médias et de la Communication-ILONTSERA a organisé un échange sur facebook live entre les auditeurs et les Directeurs de la Radio Nationale Malagasy (RNM) Harrison Ratovondrahona et de Kolo FM Mija Randriantsarafara. Cet échange a pour objectif de donner la parole aux auditeurs sur leurs attentes envers les radios publique et privées à Madagascar.

Vous pouvez suivre l’échange sur le lien https://www.facebook.com/usembassy.madagascar/videos/593749624431015/